Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

mercredi

Faut pas pousser la jeune femme aux collants





Au supermarché dans la file derrière moi, la mamie glousse. Mon caddie la fait rire, dit-elle. Mon caddie rouge vif décoré de fruits pressés comme des sardines et leur protestation POUSSEZ PAS ! Vous êtes pressé ou quoi ? Au coin de la rue, un jeune homme ferraille avec un mannequin pour vitrine dont il a perdu la jambe. Il met un genou à terre et peine à visser la jambe sous l'œil goguenard du bistrotier. Une petite fille essuie les coups de langue fougueux d'un bouledogue anglais trop content de trouver sur son chemin une partenaire de jeu impromptue.

Des morceaux d'un puzzle divertissant que j'assemble en ce jour de grisaille parisienne.

Ligne 6 du métro direction Étoile. Sur le carré de sièges vides à ma droite prend place une jeune femme cheveux châtains tirés en un chignon. Elle glisse une main sous son manteau couleur crème, fait rouler le collant qu'elle a choisi d'ôter dans les transports publics, après moi les mouches ! D'un agile coup de talon, elle jette à terre ses bottines noires. Elle roule en boule le vieux collant et le fourre dans un sac à main d'où débordent une trousse à maquillage dorée, un châle à motifs géométriques, un poireau. Elle se contorsionne pour enfiler le collant flambant neuf qu'elle sort d'une boîte en carton, sous les yeux médusés de ma voisine de gauche. Ses petites boucles d'oreilles ornées d'un cœur argent et or dansent tandis qu'elle lève une fesse puis l'autre, une main glissée sans ménagement sous la taille de sa jupe bariolée violette et tirant sur le collant pour parfaire l'habillage. La manœuvre achevée, elle croise nonchalamment les jambes, chausse ses lunettes et consulte son téléphone, indifférente aux spectateurs tricotant dans leurs esprits leur petit scénario sur la jeune femme aux collants.

17 commentaires:

  1. J'ai tout vu tel un film de JP Jeunet! Tu es mon Amelie Poulain, et quelle plume!
    (Sinon je suis curieuse de voir ton caddie rigolo ��)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je posterai une photo dudit caddie sur la page FB du blog et sur Twitter aussi ^^
      Ravi que ce billet te fasse l'effet JP Jeunet-Amélie, je suis fan du film de sa poésie des petites choses, n'en déplaise à ses nombreux détracteurs :)

      Supprimer
  2. #bobillet et joli inventaire à la Prévert. je remercie cette jeune femme ;.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle a fait ma journée. :-)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Culottée, déculottée puis reculottée :)

      Supprimer
  4. Sacré gym pour enfiler un collant comme ça, elle a du métier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais à la fois médusé et admiratif hihihi.

      Supprimer
  5. amusant... quel spectacle !!!!
    bisous à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Virginie :) merci de ta visite & bisous itou.

      Supprimer
  6. Y'a qu'à toi que ça arrive, des trucs pareils!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À moi et à ma voisine qui roulait des yeux médusés ^^ À toi si le hasard te fait croiser son voyage.

      Supprimer
  7. Crois-tu qu'elle retire le soutien-gorge avec la même habileté désinvolte ?

    RépondreSupprimer
  8. Au boulot les plus anciens me racontent le même genre d'histoire, du temps du "Pool dactylo"...
    Amis de la poésie bonsoir, il s'agit simplement remplacer le carré du métro et le collant par une salle de travail et (j'ose à peine l'écrire)... un suppositoire !
    #TrueStory

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir appelé pour me raconter les détails croustillants*, je comprends mieux que cette dame ou plutôt son histoire soit devenue une légende urbaine à ton boulot.
      *le mot n'est probablement pas adapté #huhu

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?