Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi

Une chaussette dans la boîte à lettres


La scène se déroule à la laverie automatique de la rue Gassendi, Paris 14e. Attendant le terme d'un lavage ou d'un séchage, j'ai maintes fois contemplé les habitants du quartier, les passants. J'y ai observé Rodica, ou Sabine Azéma hier. J'ai papoté avec un clochard qui y cherchait l'âme sœur. Aujourd'hui je ne suis d'humeur ni causante ni patiente et par ailleurs tête en l'air. Le temps que dure ma lessive, je le consacre à faire un saut à la Poste, trois courses au supermarché, un autre saut à la Poste où j'ai oublié ma carte bancaire. Et je toque chez ma gardienne afin qu'elle me permette de déposer mes emplettes chez moi car j'ai claqué la porte sans m'emparer de mes clés.

Je marmonne dans ma barbe, je me traite d'andouille, de cloche à fromage.

À peine franchi le seuil de la laverie, je trouve mon linge dans une panière. Une jeune femme penaude bredouille :
- Je... les machines étaient toutes pleines... la vôtre était terminée...
- J'imagine que vous alliez m'attendre.
- ...
- Vous n'alliez pas partir en laissant mon linge seul dans la panière...
- Non non non.

Je la remercie et je prends congé, mon linge dans un sac, sous le bras.

De retour chez moi, je constate qu'une chaussette manque à l'appel. Tiraillé entre le à-quoi-bon-aller-récupérer-la-chaussette à deux pâtés d'immeubles et le j'y-retourne-pour-le-principe, et la chaussette, je soupire.

La jeune femme me reconnaît. Nous scrutons la machine n°8 qui tourbillonne déjà avec son linge et ma chaussette.
- Il me manque une chaussette.
- ...
- Que fait-on ?
- ...
- Je vous donne mon adresse, le code de l'immeuble et vous glissez la chaussette dans ma boîte aux lettres.
 

30 commentaires:

  1. Ah les chaussettes ! c'est pour ça qu'il faut toutes les mettre dans un filet fermé , ainsi elles sont toutes lavées en même temps et séchées ensembles, pas de pertes, on retrouve tout !
    bises pour toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais avec ton filet, je n'aurais pas eu l'idée d'écrire ce billet :)
      Bises pour vous deux.

      Supprimer
  2. Christine - Le Théâtre côté coeur15 janvier 2017 à 00:11

    Je devrais peut-être aller laver les chaussettes à la laverie pour éviter l'épidémie de chaussettes orphelines qui sévit chez les hommes de la maison. Même dans l'Europe de l'Est d'avant le mur les orphelinats n'étaient pas aussi saturés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne reste plus à tes hommes qu'à porter des chaussettes dépareillées. Ou à utiliser la technique de Boutfil (commentaire ci-dessus).

      Supprimer
  3. Joli billet. Mais au final la chaussette a t-elle pu être récupérée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Oui, lavée, séchée et livrée dans la bonne boîte.

      Supprimer
  4. Ici c'est chaussettes dépareillées de rigueur ;) Je n'en peux plus des lessives de chaussettes !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A croire que les chaussettes ont une vie à part. Bon dimanche itou.

      Supprimer
  5. Où s’en va la chaussette
    Abandonnant sa sœur ?
    Et pourquoi la tartine
    Beurrée s’écrase-t-elle
    Sur le mauvais côté ?
    Où se cachent les clefs
    Quand on a besoin d’elles ?
    Objets inanimés
    Votre âme est diabolique,
    Vous nous faites enrager !

    Et on pourrait voir là le début d'un roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où s’en va la chaussette / Partie conter fleurette
      Abandonnant sa sœur ? / Hier ou tout à l'heure
      Et pourquoi la tartine / Et pourquoi Martine
      Beurrée s’écrase-t-elle / Beurrée se fait-elle
      Sur le mauvais côté ? / Chambrer à Lille ou à Cambrai ?
      Où se cachent les clefs / Dans la poche de ton complet
      Quand on a besoin d’elles ? / Quand tu as mis ta veste en flanelle ?
      Objets inanimés / Humains désarmés
      Votre âme est diabolique, / ou tête en l'air ou amnésique
      Vous nous faites enrager ! / faudrait penser à ranger !

      Et on pourrait voir là le début d'un roman... / Ou un commentaire en rimes immanquablement...

      Supprimer
    2. Bravo! Au fait "j'ai toqué..." y'aurait pas comme un vent d'est dans l'expression?? je n'avais pas entendu ça depuis que j'ai quitté Nancy...

      Supprimer
    3. J'ai toqué est un régionalisme quand on parle de l'horloge (cf. Victor Hugo) http://www.cnrtl.fr/definition/toquer :)

      Supprimer
    4. On dit ça beaucoup en Lorraine...

      Supprimer
    5. Faudra que j'aille en Lorraine un jour ^^

      Supprimer
  6. Idéal comme plan drague !(c'est comme ça qu'on dit maintenant?). Mais je ne savais pas que ça fonctionnait avec des chaussettes. Faut dire aussi qu'elle était débarrassée de toute odeur répulsive, ça y fait.

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes chaussettes sentent les fraises et la tendresse :p et c'est un moyen de communication inédit...

      Supprimer
  7. Mais quel étourdi tu fais^^ En même temps, chanceux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chanceux d'avoir une gardienne, serviable, aimable, et accessoirement sur place.

      Supprimer
    2. Chanceux d'avoir aussi retrouvé ta CB.

      Supprimer
  8. Une fois encore, un joli billet, sur un joli ton à la fois léger et intéressant. Un plaisir à lire. D'autres, vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Je m'efforce d'en publier aussi souvent que l'inspiration me le permet :)

      Supprimer
  9. Super, la chaussette a retrouvé sa moitié. Les chaussettes orphelines sont légion chez ma fille qui est certaine que son lave-linge est chaussettophage.. une boîte aux lettres ne suffirait pas pour accueillir les disparues... Charmant billet. Merci de ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne reste plus qu'à ouvrir un orphelinat pour les chaussettes esseulées de ta fille. Merci de ta lecture :)

      Supprimer
  10. Une pointe de doute persiste quant aux réelles intentions de la jeune femme en question. Elle semble bien peu réactive à tes questions. Qu'aurait-elle fait si tu n'étais pas intervenu et pris les devants ?

    La situation pourrait également faire un excellent début de polar : de retour à la laverie pour récupérer ton linge, tu trouves ta machine vide. Le linge, disparu, a cédé la place à un cadavre... (continuez, vous avez 4 heures).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse à ta question : elle s'en contrefichait de savoir que 1/ mon linge propre soit volé par une tierce personne 2/ que ma chaussette orpheline ne retrouve pas preneur. J'y suis allé pour le principe et parce que j'avais du temps à perdre :)

      ... 4 heures c'est peu pour écrire un polar ...

      Supprimer
  11. Louise la nièce à tonton20 mai 2017 à 22:08

    Il faut payer pour laver son linge ???????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça s'appelle un lavomatic ou laverie automatique. Mais tu ne le sais peut-être pas mais maman et papa payent également pour laver ton linge (électricité, eau, lessive, usure de la machine, usure de tes vêtements).

      Supprimer
  12. Sophie la maman de la Louise la nièce de Tonton Lolo ou pour faire plus simple la soeur de Laurent.20 mai 2017 à 22:12

    Ou comment Louise 6 ans et demi apprend qu'on peut faire son linge en payant et que la machine ne se trouve pas dans la maison mais dans un magasin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La grande ville (et la vie des grands) lui réserve bien des surprises ^^

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?