Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi 21 mai 2016

Un océan bouton d'or par la fenêtre ou le sms à Clarisse


illustration par @Luaurentt


Le colza jette un océan bouton d'or par la fenêtre du train qui me conduit à Marseille. La grosse dame d'à côté dort du sommeil du juste. Son joli petit doigt vernis lui cure l'oreille. Un gars plus loin couve sur moi son regard bovin, désapprobateur. J'ai demandé à ce que lui et ses compagnons de bétaillère parlent à voix basse car je ne m'entendais pas penser, merci. Mon vis-à-vis lève de son café une paille au bout fondu, elle évoque des phénomènes transférentiels et contre-transférentiels. Mes pensées picorent çà et là des miettes de gens et de paysage. J'observe le chemin de terre bordé d'aubépine qui court à l'horizon. Au bout de ce chemin, une petite maison de pierres tient compagnie à un peuplier esseulé. La voix du barista me tire de ma contemplation. Plus attiré par la perspective d'un shoot de caféine que par la blague potache qu'il a souhaité donner à la cantonade, je me rends à la voiture-bar. Dans la file, il envoie un sms à Clarisse, elle tourne la page et pose ses doigts boudinés sur Courtney Love, il tire sur ton t-shirt Zidane, elle tue le temps en prenant un selfie, je saisis mon café et regagne ma place. Le paysage a troqué le colza pour les genêts. Dans l'allée, l'enfant cueille les pièces tombées du jeu qu'il joue avec son père. Chacun prépare son arrivée, elle se farde les paupières, il chausse ses lunettes de soleil, elle attrape les béquilles bariolées de sa petite fille rieuse. "Méditer, manger et mincir !", titre un magazine laissé au prochain passager. En majuscules. Et mincir en gras. Mincir. En gras.

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Y a plus d'saison ma pauv' Apolline.
      Bises itou :)

      Supprimer
  2. Une multitude d'images dans ma tête en te lisant. Un vrai bonheur!
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voyage en train est un huis-clos assez fascinant je trouve. Y a de la matière :) Merci de ton voyage ici.

      Supprimer
  3. Coucou !

    Bercé par le bruit du train qui trotte sur les rails, il est de rêver.
    C'est toujours un plaisir de te lire, cela me rappelle les cours d'histoire et tes super rédac remplies de sensibilité et d'humour.
    J'en profite pour te souhaiter un très bon anniversaire. Bye Bye ( sandy de la rue Jean Jaurès )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou itou. J'ai une mémoire de poisson rouge sous lysanxia et je ne me souviens pas de ces super-rédacs. La mémoire, le cerveau, ces insondables mystères. Merci pour tes gentils voeux d'anniversaire.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?